02/07/2008

Les coupeurs de feu qui sont ils? Comment fonctionnent ils?

Ils sont plus de 6000 en France ! Les coupeurs de feu sont répartis dans toute la France (surtout dans les campagnes) et dans beaucoup d’autres pays (notamment la Suisse et la Belgique où ils sont réputés).

Que font-ils ?

 
Les coupeurs de feu appelés aussi barreurs de feu ou faiseurs de rêve ont pour don de stopper la douleur et les « dommages » causés lors d’une brûlure !

Initié par un proche ou un ancêtre le « coupeur de feu » possède ce don jusqu’à ce qu’il se sente trop faible pour l’exercer. Dans ce cas il lui faudra alors à son tour choisir un successeur en lui livrant « le secret » !
 

La brûlure doit être récente, plus le « soin » est immédiat mieux c’est car le coupeur de feu stoppe la brûlure il ne la guérit pas. C’est à dire qu’il ne pourra pas faire disparaître une cloque il peut par contre stopper le feu et donc empêcher la venue de celle-ci.

Le barreur de feu positionne ses mains au dessus de la brûlure. Il n’y a pas de contact entre la brûlure et les mains.

      Il y a aussi des coupeurs de feu qui exercent leur don par téléphone ! Il suffit de dire son nom et l’endroit de la brûlure…

Nombreux disent que la douleur disparaît instantanément après ceci ou au bout de quelques minutes. De la magie, un miracle ? Les barreurs de feu ne savent pas plus que leurs patients comment cela fonctionne.

Nombreuses sont les personnes qui se laissent tenter de croire en ce don…beaucoup de personnes ayant tenté l’expérience s’en disent satisfaites voir complètement convaincues. Les personnes ayant ce don ne sont pas vues comme des sorciers, il en existe dans toutes les catégories sociales. Ils soignent toutes sortes de brûlures (feu, coup de soleil,…) généralement du premier et second degrés.

Les dons des coupeurs de feu sont ils reconnus au niveau hospitalier ?


On entend souvent dire que certains hôpitaux travaillent avec des personnes ayant le don de stopper le feu. Il existe en effet quelques hôpitaux qui proposent une liste de coupeurs de feu à leurs patients notamment en Belgique mais ils restent encore très rares.

Ces hôpitaux ne se disent pas croyants en ces méthodes mais si la croyance du patient en ce don permet une atténuation de la douleur, pourquoi l’en priver.


Explications possibles à la guérison des brûlures par les barreurs de feu :


Tout d’abord, il est essentiel de dire que les brûlures guéries par les barreurs de feu sont de l’ordre du premier ou du second degré, les coupeurs de feu incitent les personnes à faire appel à un médecin après avoir coupé le feu, surtout si la brûlure est grave.

Pour ce qui est de la douleur, il faut savoir que celle-ci disparaît assez rapidement grace à l'action du coupeur de feu
, et en ce qui concerne la cicatrisation il parraitrait qu'elle serait de meilleur qualité.

Dans tous les cas, les barreurs de feu sont incapables de soigner des brûlures d’intensité supérieure au deuxième degré mais ils peuvent peut-être apporter une aide psychologique aux grands brûlés et c’est pourquoi on peut parfois les rencontrer dans les services hospitaliers où sont soignés ces derniers.


La population a de plus en plus recours aux coupeurs de feu. Ceux-ci ne demandent rien en retour de leur don.

01/07/2008

Petits plaisirs de la vie

Il y a quelques temps j’ai coupé le feu à une dame sur inter qui c’était brûlé le pied.

Elle m’a alors demandé mes coordonnées si jamais un jour elle se rebrûlait.

 

Aujourd’hui je viens de recevoir un coup de fil de cette dame pour me remercier de ce que j’ai fait… elle se porte bien et sa brûlure cicatrise bien.

 

Ce sont des petites attentions comme celles-ci qui me touchent et qui me font plaisir.

28/02/2008

Coupeur de feu

En pleine nuit le bip sonne, la tête un peu dans le brouillard je lis le message inscrit : « brûlures légères » je m’habille et je pars direction la caserne. Sur le chemin en conduisant j’avais comme l’intuition que la personne serait à la caserne… Intuition féminine !

La victime étais là…Avec deux de mes collègues.

Je finis de m’habiller correctement en essayant de comprendre la situation. Le monsieur étais agité et je ne comprenais pas pourquoi il ne voulait pas entrer dans la caserne et encore moins dans le VSAB (ambulance).

Après avoir mis du temps pour comprendre (parce que parfois en pleine nuit c’est dur de percuter !)que dehors il faisait froid (mois de décembre) qu’il voulait y rester…  les brûlures n’étaient pas légères… il étais brûlé au 2ème et 3ème degré sur le cou, et les bras.

Nous faisons les premiers soins dehors et nous l’invitons à entrer dans le VSAB pour faire jonction avec le SMUR. Nous roulons les fenêtres ouvertes pour le soulager un peu… (autant vous dire que c’est bon je suis bien réveillée !! sa caillait dans la cellule !)

Nous apprenons sur le chemin qu’il s’était brûlé avec une bonbonne de gaz, dans un chalet de montagne à 1h à pied… il est descendu en se roulant dans la neige…

Nous retrouvons le SMUR, les collègues me laissent avec l’équipe médicalisée.

Sur la route l’infirmière dit qu’il faudra tout de suite appeler un coupeur de feu à l’arrivée aux urgences, les morphiniques ne font que peu d’effet… Son EVA au départ était à 8/10 elle n’a pas baissé. Je lui fais part de mon don de couper le feu, c’est vrai que dans le feu de l’action je n’y ai pas pensé…

C’est comme sa que je me suis retrouvée dans un box aux urgences à couper le feu au monsieur. Je ne l’avais jamais fait sur des grosses brûlures comme celle là et je n’ai pas réussi à couper totalement j’ai juste pu soulager partiellement la douleur… EVA à 3/10 après mon passage.

Je suis ressortie et j’avais chaud et soif. Je suis restée dans la cellule pour remonter à la caserne, j’ai laissé les fenêtres ouvertes et j’ai même bu l’eau stérile tellement j’avais soif !! (bah c’est pas bon l’au stérile !!)

Ce don,  certain y croient d'autres non, je respecte leur choix.