15/08/2008

Une journée auprès de Mme R

 

Stage de psychiatrie dans un service de chroniques. Ce matin j’arrive à la relève et l’on m’annonce que je vais passer ma journée de stage aux urgences avec Mme R hospitalisée depuis hier soir pour fécalome et rétention urinaire.

Mme R étant en HDT (hospitalisation à la demande d’un tiers) elle doit être accompagnée d’un soignant en permanence d’un soignant pendant son hospitalisation.

Je pars donc relayer mon collègue qui lui est resté toute la nuit après de Mme R.

La matinée est longue et après avoir regardé tous les magazines je commence a m’ennuyer !

Mme R est opposante aux soins et en général ne veut pas prendre ses traitements. Elle est très calme et n’a jamais été violente envers les autres.

L’infirmière du service se présente dans la chambre avec le traitement de Mme R qu’elle refuse de prendre. Avec un peu de patiente, de sympathie et d’humour je parviens à lui donner ses médicaments.

Plus tard, aux alentours de midi l’infirmière se présente à nouveau et me demande de lui donner son traitement … « au moins les neuroleptiques… on sais jamais avec ses gens là ! » me dit elle.

J’ai été écœurée de la vision de cette soignante sur les personnes hospitalisés en psychiatrie.

 

De plus j’ai appris plus tard que le psychiatre de Mme R ne voulais pas prescrire d’accompagnement 24h/24 d’un soignant pour de Mme R, c’était en fait la cadre des urgences qui refusais que Mme R soit seule sous prétexte qu’elle venait d’un hôpital psychiatrique… si c’est pas du jugement sa …

26/07/2008

Accident de 2 roues

Départ accident 2 de roues, homme 20 ans seul en cause, saigne de la bouche et à des pertes de conscience.

Nous arrivons les collègues pompiers du CPI sont en train de masser le jeune qui est au milieu d’un champs. La moto est debout contre un arbre sur la roue avant.

accident-moto[1]


Le choc a du être puissant, car il est très « abîmé ».
Il a un important trauma au niveau de la tête ce qui lui déforme totalement le visage, et une énorme plaie au niveau de l’épaule qui s’étends jusqu’au mamelon qui laisse entrevoir les veines et artères sectionnées ainsi que la clavicule complètement fracturée.
Je met en place directement le DSA en me disant déjà dans ma tête que sa ne sert pas à grand chose… les insufflations données par le BAVU font gonfler son cou signe que la trachée est probablement sectionnée.

Au loin j’entends un cri… sa copine viens d’apprendre la nouvelle…
Elle comme lui ne sont pas d’ici.
Il était venu pour travailler en saison. Elle ést venue en vacances pour le voir…
Une histoire tragique de plus.

Le temps passe nous massons toujours, le SMUR arrive et tante tout de même une intubation et un peu d’adré… sans convictions… ce jeune est visiblement trop « amoché » nous dit le médecin.
Heure du décès 22h38…
Il laissera derrière lui la tristesse

Les interventions comme celles-ci nous laissent toujours un goût amer surtout quand la personne que vous prenez en charge à votre age. Des images sordides, mais surtout… un petit quelque chose en moi qui me dit putain de bordel de merde 22 ans…

02/07/2008

Les coupeurs de feu qui sont ils? Comment fonctionnent ils?

Ils sont plus de 6000 en France ! Les coupeurs de feu sont répartis dans toute la France (surtout dans les campagnes) et dans beaucoup d’autres pays (notamment la Suisse et la Belgique où ils sont réputés).

Que font-ils ?

 
Les coupeurs de feu appelés aussi barreurs de feu ou faiseurs de rêve ont pour don de stopper la douleur et les « dommages » causés lors d’une brûlure !

Initié par un proche ou un ancêtre le « coupeur de feu » possède ce don jusqu’à ce qu’il se sente trop faible pour l’exercer. Dans ce cas il lui faudra alors à son tour choisir un successeur en lui livrant « le secret » !
 

La brûlure doit être récente, plus le « soin » est immédiat mieux c’est car le coupeur de feu stoppe la brûlure il ne la guérit pas. C’est à dire qu’il ne pourra pas faire disparaître une cloque il peut par contre stopper le feu et donc empêcher la venue de celle-ci.

Le barreur de feu positionne ses mains au dessus de la brûlure. Il n’y a pas de contact entre la brûlure et les mains.

      Il y a aussi des coupeurs de feu qui exercent leur don par téléphone ! Il suffit de dire son nom et l’endroit de la brûlure…

Nombreux disent que la douleur disparaît instantanément après ceci ou au bout de quelques minutes. De la magie, un miracle ? Les barreurs de feu ne savent pas plus que leurs patients comment cela fonctionne.

Nombreuses sont les personnes qui se laissent tenter de croire en ce don…beaucoup de personnes ayant tenté l’expérience s’en disent satisfaites voir complètement convaincues. Les personnes ayant ce don ne sont pas vues comme des sorciers, il en existe dans toutes les catégories sociales. Ils soignent toutes sortes de brûlures (feu, coup de soleil,…) généralement du premier et second degrés.

Les dons des coupeurs de feu sont ils reconnus au niveau hospitalier ?


On entend souvent dire que certains hôpitaux travaillent avec des personnes ayant le don de stopper le feu. Il existe en effet quelques hôpitaux qui proposent une liste de coupeurs de feu à leurs patients notamment en Belgique mais ils restent encore très rares.

Ces hôpitaux ne se disent pas croyants en ces méthodes mais si la croyance du patient en ce don permet une atténuation de la douleur, pourquoi l’en priver.


Explications possibles à la guérison des brûlures par les barreurs de feu :


Tout d’abord, il est essentiel de dire que les brûlures guéries par les barreurs de feu sont de l’ordre du premier ou du second degré, les coupeurs de feu incitent les personnes à faire appel à un médecin après avoir coupé le feu, surtout si la brûlure est grave.

Pour ce qui est de la douleur, il faut savoir que celle-ci disparaît assez rapidement grace à l'action du coupeur de feu
, et en ce qui concerne la cicatrisation il parraitrait qu'elle serait de meilleur qualité.

Dans tous les cas, les barreurs de feu sont incapables de soigner des brûlures d’intensité supérieure au deuxième degré mais ils peuvent peut-être apporter une aide psychologique aux grands brûlés et c’est pourquoi on peut parfois les rencontrer dans les services hospitaliers où sont soignés ces derniers.


La population a de plus en plus recours aux coupeurs de feu. Ceux-ci ne demandent rien en retour de leur don.

01/07/2008

Petits plaisirs de la vie

Il y a quelques temps j’ai coupé le feu à une dame sur inter qui c’était brûlé le pied.

Elle m’a alors demandé mes coordonnées si jamais un jour elle se rebrûlait.

 

Aujourd’hui je viens de recevoir un coup de fil de cette dame pour me remercier de ce que j’ai fait… elle se porte bien et sa brûlure cicatrise bien.

 

Ce sont des petites attentions comme celles-ci qui me touchent et qui me font plaisir.

30/06/2008

Passage en 3ème année

Après beaucoup de travail, de persévérance et de révisions intensives… les résultats sont tombés !

Sa y est je passe en 3ème année !

Très contente…Sourire

J’aborde cette année avec beaucoup d’appréhensions… le TFE… le DE…

Mais en attendant… vacances pendant un mois !Cool

p1010123_bonnes_vacances_dans_le_sable_j_1

19/06/2008

Le toucher en dit long...

Je me souviendrais toujours de cette vielle dame quasiment aveugle et mal entendante qui savais que c’étais moi qui étais là rien que par mon toucher, qui a su que j’étais gauchère rien que par l’analyse de ses sensations.

toucher

Le toucher nous transmet énormément d’informations c’est pour moi un réel moyen de communication et d’échange. C’est une manière d’écouter l’autre et soi même d’une façon différente.

Un sentiment, un état d’esprit peuvent être palpables si nous faisons attention à l’expression ceux-ci par le toucher.

C’est une dimension importante dans le soins au quotidien j’en suis convaincue.

Alors n’ayez pas peur de toucher !

15/06/2008

Satisfaction personnelle

Nous sommes dimanche soir, il est 19h45 et tout le monde est un peu sur les nerfs et à envie de partir…sa fait depuis vendredi 19h que nous sommes de garde. Nous sommes tous réunis dans la remise en attendant 20h la fin de la garde.

Et là… les bips du premier départ sonnent… nous rentrerons chez nous un peu plus tard ce soir là…

Nous partons pour une personne reversée par une voiture.

Sur place une femme est allongée au milieu de la route un homme lui maintient la tête. J’aborde la victime et je pense tout de suite à un trauma crânien car elle n’étais pas très cohérente et désorientée. Nous l’emmenons rapidement au chaud dans le VSAB et je poursuit mon bilan. Sa tension étais dans les chaussettes et son pouls battais au taquet. Dans ma tête je pense « hémorragie interne ? la rate ?» …

Je confie à mon chef d’agrès que je le sens pas, qu’il faudrait un SMUR sur place. Au début il était septique car c’est vrai qu’elle n’avais pas l’air si mal mais… je ne sais pas pourquoi, un instinct… j’ai insisté et il a appelé une équipe médicalisée. L’attende du SMUR se fait longue et l’état de la victime se dégrade…

 

Le médecin du SMUR nous dit que la dame n’aurait pas survécu à un transport sans médicalisation et qu’elle avait très certainement un éclatement de la rate…

 

20:03 Écrit par M dans Pompier | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : pompier, intervention, smur |  Facebook |