29/02/2008

L'énergie du soin relationel

Stage avec les infirmières libérales. Nous sommes mardi, c’est la première fois que nous nous rendons chez Mr D. Nous venons pour lui apprendre à se faire dextro et insuline. A peine entrée dans sa demeure que je sens comme une tension, un mal aise.

L’infirmière et moi nous rendons dans la cuisine où se trouve Mr D et sa femme.

-         « Bonjour, comment allez vous ? »

-         « Oh, c’est pas la grande forme »

-         « Ah bon pourquoi ? qu’es ce qui vous arrive ? »

-         « Je viens d’apprendre que j’ai un cancer du poumon… »

Son diabète avait été découvert à la suite du diagnostic du cancer… nous ne savions absolument pas qu’il était atteint de cette maladie.

Nous venons plusieurs fois par jour pour les soins.

Le vendredi de la semaine, nous venons comme à notre habitude sur les cou des 11h chez Mr D. Nous sommes restés plus longtemps pour parler, Mr D n’allait pas très bien (aussi bien sur le plan psychologique que sur le plan somatique).

Quand je suis ressortie de la maison, j’étais extrêmement fatiguée… comme si Mr D avait puisé dans mon énergie…

A midi après la permanence, je passe à la caserne faire mon petit tour, et je vois un ordre de départ pour une intervention arriver…

« Mr D, 61 ans, arrêt cardio-respiratoire, départ flash »

J’indique à mon collègue l’adresse exacte pour qu’ils arrivent le plus rapidement possible sur les lieux… mais je savais intérieurement que c’était déjà finit pour lui, comme si Mr D nous avait dit au revoir tout a l’heure en captant notre énergie…

Mr D est décédé ce jour.

Suite à cette situation j’ai compris que le soin relationnel prend beaucoup d’énergie notamment dans l’accompagnement d’une personne dont la fin est proche.

Je ne vous ai parlé que de Mr D, mais le soin relationnel ne s’arrête pas à Mr D, mais bien à la personne malade et à son entourage.