23/03/2008

L'influence de la famille sur nos soins

Stage en service de chirurgie viscérale. Un jeune patient de 18 ans est là pour une déchirure de la vessie suite à un coup de bâton de ski, les suites opératoires ce sont compliquées en péritonite. Il a donc été opéré deux fois.

Le jeune homme est réticent à ce que je lui fasse les soins car il a vu sur ma blouse « étudiante infirmière »… je change ses perfs, je fais une prise de sang et il s’étonne que je la réussisse… (je reste calme car je comprends son doute, ce qui me gène un peu ce sont les petites remarques à mon égard…) j’ai remarqué à cette occasion que ce patient est angoissé.

Quelques matins plus tard  nous venons pour lui faire les soins et il y avait sa mère. Elle est visiblement désemparée et très angoissée ce qui peut se comprendre dans la situation. Son fils est douloureux, nous faisons le nécessaire en antalgique intra veineux.

Je remarque aussi qu’il a du mal à se calmer et que la douleur ne baisse pas, ce qui angoisse encore plus la mère qui nous suit partout dans le service pour nous dire que son fils à mal…

L’infirmière rajoute un antalgique et me demande de lui faire une prise de sang qui est prévue.

Je prépare mon matériel, entre dans la chambre demande à la dame de sortir le temps du soins.

Je repère ma veine et je pique. Avant même d’enfiler le tube je sens que je vais me louper (pourtant il a des veines fines mais qui se voient bien) … résultat j’ai un peu de sang et très vite plus rien et mon aiguille ressort sans même que je l’enlève… je trouve sa étrange et vu la situation je passe la main à ma collègue déçue de ma prestation. Dans ma tête j’analyse et je pense que l’angoisse de la mère majorait l’angoisse du fils ainsi que sa douleur. Au moment de la prise de sang j’ai senti aussi cette angoisse m’envahir ce qui m’a certainement déstabilisé dans mon soin.

Ce sont ces petites expériences de soignants qui nous font avancer et comprendre que l’environnement est un facteur qui peut influencer dans la réussite de nos soins.