26/07/2008

Accident de 2 roues

Départ accident 2 de roues, homme 20 ans seul en cause, saigne de la bouche et à des pertes de conscience.

Nous arrivons les collègues pompiers du CPI sont en train de masser le jeune qui est au milieu d’un champs. La moto est debout contre un arbre sur la roue avant.

accident-moto[1]


Le choc a du être puissant, car il est très « abîmé ».
Il a un important trauma au niveau de la tête ce qui lui déforme totalement le visage, et une énorme plaie au niveau de l’épaule qui s’étends jusqu’au mamelon qui laisse entrevoir les veines et artères sectionnées ainsi que la clavicule complètement fracturée.
Je met en place directement le DSA en me disant déjà dans ma tête que sa ne sert pas à grand chose… les insufflations données par le BAVU font gonfler son cou signe que la trachée est probablement sectionnée.

Au loin j’entends un cri… sa copine viens d’apprendre la nouvelle…
Elle comme lui ne sont pas d’ici.
Il était venu pour travailler en saison. Elle ést venue en vacances pour le voir…
Une histoire tragique de plus.

Le temps passe nous massons toujours, le SMUR arrive et tante tout de même une intubation et un peu d’adré… sans convictions… ce jeune est visiblement trop « amoché » nous dit le médecin.
Heure du décès 22h38…
Il laissera derrière lui la tristesse

Les interventions comme celles-ci nous laissent toujours un goût amer surtout quand la personne que vous prenez en charge à votre age. Des images sordides, mais surtout… un petit quelque chose en moi qui me dit putain de bordel de merde 22 ans…

28/05/2008

Quand je parle de ma passion, moi je dis « nous »

 209385655
On s’est connu au jeunes sapeurs-pompiers, au sport
On s’est jaugé, on s’est parlé, ces petits débuts qui valent de l’or
La vie a fait qu’on s’est revus
L’envie a fait qu’on est restés ensemble autant qu’on a pu
Sentant que ça allait nous booster
On a su dès nos débuts qu’y avait quelque chose de spécial
Mes collègues m’ont convaincu que leur présence m’était cruciale
Alors on se souffle dans le dos pour se porter les uns les autres
On s’est compris sans même s’entendre chaque fois qu’on a commis de fautes
Et puis c’est en équipe qu’on a traversé les inters
Et les étés ensoleillés, les barres de rire et les galères
Ils me sont devenus indispensables comme chaque histoire a ses héros
Ils sont devenus mes frangins, mes copains , mes frérots
On forme un bloc où l’intégrité ne se pratique pas à moitié
Et je reste entière aussi parce qu’ils ne m’ont jamais diminué
Au cœur de cette caserne ils m’ont bien ouvert les yeux
Pour éviter les pièges à loup des jaloux envieux de notre jeu
J’aurai jamais assez de salive pour raconter tous nos souvenirs
Ils ont squatté dans mon passé et seront acteurs de mon avenir
On a tellement d’histoires ensemble que j’ai l’impression d’avoir cent ans
On se dépense beaucoup sous l’œil parfois inquiet de nos proches
L’adversité on la connaît, on en a fait un parent proche
On a tellement squatté à la caserne qu’on croirai qu’on y habitais
C’était notre coffre fort, où toutes nos idées s’abritaient
Avec eux j’ai moins de failles, avec eux je me sens de taille
Avec eux on a écrit quelques belles pages de notre histoire
Et je vous assure que c’est pas fini, suffit de nous voir pour le croire
A vouloir faire des trucs ensemble en fait ce qu’on a le mieux réussi
C’est de fabriquer une amitié, potes à perpète et sans sursis
Avec eux on se cherche tout le temps
On est toujours aux quatre cents coups
Je crois que c’est avec eux que j’ai passer le plus de soirées
Certaines en inters, d’autres bien réussies, la plupart à se marrer
Leur présence m’est essentielle, elle aide à se tenir debout
Notre rêve se conjugue au pluriel
Cette passion c’est une autoroute avec de belles destinations
Elles sont toutes bien indiquées et ça devient vite une addiction
Ça ressemble un peu à l’amour mais en moins dur je vais m’expliquer
C’est plus serein, moins pulsionnel donc forcément moins compliqué
Parait que l’entourage ça change vachement et que t’as la cote
C’est pour ça que c’est rassurant d’évoluer avec ses potes
Quand je parle de ma passion, moi je dis « nous »
 
 Petit texte que j'ai fait en modifiant les paroles de la chanson "avec eux" de grand corps malade.

10:19 Écrit par M dans Pompier | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : passion, sapeur-pompier |  Facebook |